Geisha : à la découverte du Japon des années 30.

Hello !

Amis lecteurs, nous avons tous un proche qui sait nous recommander un livre qui nous plaira à coup sûr. Même si celui-ci paraît différent de nos habitudes littéraires à vue d’oeil, cette personne est certaine qu’il nous conviendra parfaitement.

Et c’est ce que fait souvent ma meilleure amie.

Pour la petite histoire, c’est une vraie collectionneuse de livre. Elle détient je ne sais combien d’ouvrages, qui se situent aussi bien dans son séjour que dans sa chambre. Elle n’a même plus de place adéquate pour les ranger. Je me souviens même qu’à une période elle en avait dans sa cuisine (si je ne dis pas de sottise). Vraiment, je suis sûr qu’une seule pièce pour ranger tous ses livres ne sera pas suffisante dans sa future maison !

C’est devenu l’Eldorado, ma librairie fétiche. Sans mentir, chaque fois que je sors de chez elle j’embarque toujours 4-5 livres (minimum). Surtout qu’elle dispose de tous les ouvrages de Giacometti et Ravenne, c’est une pure merveille pour moi.

Vous l’aurez compris, en plus de m’avoir fait découvrir et rendue accro aux romans Harry Potter – J.K Rowling, elle m’a prêté l’ouvrage écrit par Arthur Golden, Geisha.

Voici un résumé (Babelio) :

« Yoroido : un modeste village de pêcheurs dans le Japon des années trente. La petite Chiyo-chan y coule une enfance pauvre mais heureuse entre ses parents et sa grande soeur, Satsu. Mais un cancer ronge en silence les os de sa mère, sur le point de mourir. Le père est si vieux et déjà si perdu qu’il accepte la proposition de M. Tanaka. Les deux jeunes filles partent bientôt pour Kyoto, parmi d’autres enfants vendus. Chiyo-chan est si belle avec ses yeux d’eau « comme si quelqu’un y avait percé un trou et que l’encre avait coulé » qu’on l’emmène dans une école de geishas. Elle deviendra Sayuri, l’une des geishas ou courtisanes les plus appréciées de la ville, excellant dans l’art du chant, de la danse et de l’amour, maîtrisant parfaitement la science de la toilette et du thé. Arthur Golden signe un étonnant roman aux allures de récit d’aventures et d’initiation, riche en métaphores poétiques. Rédigé sous la forme de mémoires, il prend valeur de document en nous plongeant dans les rituels, la pensée et l’imaginaire de ce pays du Soleil levant. »


C’est la première fois que je lis un livre sur le Japon – et les Geishas. Dès les premiers chapitres j’ai vraiment apprécié la lecture de cet ouvrage. On a plus l’impression de lire une autobiographie qu’un roman. On en apprend énormément sur les traditions et la discipline des Geishas. De plus, le contexte de l’époque face à la guerre nous met en conditions réelles de la période de l’histoire.

Si vous êtes curieux de nature pour découvrir les différentes cultures, je vous conseille à mon tour les yeux fermés cet ouvrage. En plus de nous en apprendre sur les traditions des Geishas, c’est vraiment très bien écrit. Plus on avance dans les pages, plus on a envie de lire la suite.

Avez-vous déjà lu se livre ?

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :